Londres 1970 / Mexico 2018 : 26500 km en 48 ans

WorldCupRally : Citroën DS21 n°12, « le plus long rallye de l'histoire automobile »

Catégorie : Voyage Page 1 of 5

03/04 Arrivée au stade de Mexico

Ce matin, départ pour le stade aztèque depuis la maison de Victor qui est habillé Ds jusqu’aux boutons de manchettes

Trois Ds nous accompagnent

En route, nous rencontrons une patrouille de police, Victor, illico, leur demande de nous escorter, si tôt dit si tôt fait.

Univision nous filme le long du trajet

Arrivée au stade à 10h

Trois autres Ds ainsi qu’une Mercedes nous attendent.

Le stade ouvre ses portes dans une heure, c’est le temps de quelques prises de vues et des Interviews pour UNIVISION

11h : Le président de la Fiva, Luis, arrive et nous invite à entrer dans le stade.

La Ds descend dans le tunnel et passe symboliquement la ligne d’arrivée avec ses 48 ans de retard.

  

 

Le stade est immense, 87 000 places tout de même …

  

Prise de paroles de Luis, André et Jacky, devant la presse automobile présente également

L’émotion est grande. Jacky offre ses teeshirts « Ds en Provence » à Victor et Guillaume, et reçoit des boutons de manchettes en forme de Ds.

Tout passe très vite et déjà il faut partir.

La partie fut belle !!!

Repas avec Victor et Maricela : spécialités mexicaines au menu

Luis nous invite à la soirée mensuelle interclubs en fin d’après midi.

Et là, surprise… Une « reconnaissance » nous est remise,  et un petit film, retraçant nos aventures de la fin de matinée, monté par un journaliste, est projeté. Il sera prochainement sur youtube

 

A cette soirée, nous sommes présentés à l’ancien secrétaire de la banque nationale du Mexique, celui qui apposait sa signature sur les billets de banque.

  

Nous terminons la journée, invités par Guillaume, toujours avec des spécialités mexicaines, mais là avec de la zizique

  

Nous, l’équipage, sommes très heureux et fiers d’avoir réalisé cette aventure un peu borderline, et comblés par tous les témoignages d’amitiés, et aussi par cette arrivée symbolique au stade Aztèque de Mexico.

Merci à tous ceux qui nous ont suivis, soutenus et aidés, et plus particulièrement à nos amis colombiens d’Ibague, et mexicains de Puebla et Mexico.

Jacky prend l’avion demain, Marie Julie et André restent encore quelques temps pour envoyer la voiture en Europe et prendre des vacances sur place bien méritées.

 

 

02/04. Journée Mexicaine

Aujourd’hui nous sommes pilotés par Victor et son épouse Maricela pour une journée au rythme mexicain

Rdv à 9h30 pour un petit dej copieux au resto du coin.

11h15 : départ avec la Ds de Victor pour les Pyramides de Teotihuacan.

Victor propose le volant à Jacky. La sortie de Mexico est fluide alors que l’entrée est bouchonnée.

12h45 : arrivée sur ce site grandiose

Prêts pour l’escalade des 248 marches de la pyramide.

Maricela ne fera pas faire l’escalade à Victoria sa future petite fille qui arrivera en juillet.

  

La vue d’en haut est splendide

  

Puis escalade de la pyramide de la Luna, moins haute, et surtout limitée au premier niveau : 50 marches

16h00 : repas dans une grotte

avec dégustation d’insectes

Puis, après le repas, dépôt d’une bougie, comme le veut la tradition

18h : retour sur Mexico, avec une circulation fluide, et des bouchons dans le sens sortie.

Les quartiers populaires, très colorés, appeles Monts des étoiles, au pied de la colline.

19h30 : retour au bercail

Jacky fait un peu de mécanique sur la Ds de Victor : réglage de la portière avant gauche et ouverture du capot

22h : repas familial chez la maman de Victor

23h30 : Dodo

Demain sera une journée symbolique : la Ds numéro 12 entrera dans le stade Aztèque de Mexico comme elle aurait dû y entrer il y a 48 ans si son moteur n’avait pas trahi Bob Neyret, son pilote de l’époque.

UNIVISION sera de la partie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01/04 Étape Puebla – Mexico 140 km

Ce matin le Mexique avance ses horloges d’une heure pour l’horaire d’été.

A 8h30 tout le monde est prêt, sauf Jacky qui a oublié d’avancer sa montre !!😣

Départ 8h45 pour le musée de l’automobile

La Ds break 64 du musée, fabrication locale, a été sortie en guise de bienvenue.

Plusieurs personnalités du monde de la voiture ancienne nous attendent dans le restaurant d’une tour qui surplombe le musée .

Un verre de bienvenue est servi en attendant les Ds en provenance de Mexico.

Celles ci arrivent après quelques minutes

  

Elles ne sont que deux sur quatre car une n’a pas démarré ce matin, l’autre a eu un empêchement, elle nous rejoindra dans la journée à Mexico.

Il est l’heure du petit déjeuner gargantuesque, offert par tout ce petit monde qui a profité de cet événement pour constituer le  » Club Citroën de Mexico »

Il est demandé à Marie Julie, André et Jacky d’être les témoins d’honneur

  

Puis, Luis nous remet l’attestation de passage

sans oublier la dégustation du traditionnel gâteau coloré,

  

La photo finale se fera sur l’héliport juste au dessus du restaurant

Impressionnant car pas de barrières de sécurité, mais une vue imprenable sur le volcan en activité

et la ville

     

Visite du musée avec de belles pièces

  

Une belle collection de Mercedes cabriolet

  

Nous prenons congés de Luis, son épouse, sa fille et des responsables du musée pour rejoindre Mexico escortés des Ds de Victor, Guillaume, Ernesto. Jacky est invité par Guillaume dans sa Ds.

   

Une pause refroidissement pour Ernesto

Démarrage à l’ancienne

Arrivée sur Mexico avec une circulation fluide

  

Nous passons chez le spécialiste LHM de Mexico, Ernesto Hernandez et son fils Felipe

     

La caverne d’Alibaba

     

La Sm de Luis

Les Ds break d’Ernesto en état de fonctionnement d’après lui

  

Nous rejoignons quelques amis venus avec leurs anciennes au centre ville et un mini retro-mobile s’organise spontanément avec les passants

Vers 18h30 direction l’hôtel Hilton, en passant par l’Avenue de l’Indépendance, sorte de champs Elysées

  

Un nouveau mini retro-mobile s’organise dans le hall de l’hôtel où nous dînons

  

Retour by night chez Victor qui nous héberge

  

Avec André sur la galerie du combi VW pour filmer quelques vues d’en Haut

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

31/03 Étape Oaxaca – Puebla 355 km

Comme entrée en matière, pour les citroënistes, une pub avec, en fond, une Ds

Avant de partir pour l’avant dernière étape, visite du site de Monte Alban fondé en 500 avant JC par le peuple Olmèque, et abandonné en 800 après JC. Très bien restauré

  

L’horloge

L’observatoire astronomique

Les Danseurs

Un des nombreux temples

  

Un escalier pour monter au temple : on a l’impression qu’il est plus abrupte qu’un escalier de chez nous, contemporain… Eh bien c’est faux : c’est la même pente sauf qu’au lieu de monter de 19 cm par marche, on monte de 38 cm !!!

Superbes arbres à la sortie du Site

  

Ensuite, nous prenons la route, ou plutôt l’autoroute, au travers de différentes plaines, entre 1 500m et 2 200m d’altitude, entourées de montagnes

avec des traversées de canyons

  

où aridité et fertilité se côtoient

  

Les camions sont à l’image du pays : double semi remorque

  

Lorsqu’un véhicule roule plus lentement, il se déporte sur la bande d’arrêt d’urgence, afin de laisser passer le véhicule plus pressé, même pratique qu’en Afrique du Sud

Vers 16 heures, arrivée chez Luis, dans une sorte de lotissement haut standing avec golf et maisons très coquettes

  

La maison de notre hôte

Ses voitures, sans compter sa Sm et sa Ds, toutes deux en restauration

  

Victor qui nous a contacté par l’intermédiaire du blog et qui a organisé notre planning du weekend, arrive avec sa Ds Mexicaine, car le saviez vous ? Des Id et des Ds ont été assemblées à Puebla entre 1966 et 1970, même qu’un bateau rempli de pièces Citroën a coulé à proximité de Veracruz.

     

Luis sort sa Rolls Corniche de 1972 pour une visite de la ville by night

     

Un petit resto

Avec un Cabernet Sauvignon Merlot mexicain de la vallée de Calafia au nord du Mexique

  

Pour la petite histoire, Luis a eu le même diplôme que Bernadette et Jacky lors de sa visite au Citroën Club de Buenos aires, bien sûr donné par Alejandro le président du club. Sur le champ, Jacky a envoyé cette photo à Alejandro

La suite demain

30/03 Étape El Camaron – Oaxaca. 140km

Pour rejoindre Oaxaca, la route quitte la grande plaine de bordure de mer, pour traverser une chaîne de moyenne montagne avec des cols jusqu’à 1 800 m.
La ville est à 1 500m d’altitude.

Dans une plaine entourée de montagnes

Nous traversons cette région connue pour la production de Mezcal, alcool distillé à partir de l’agave

  

Nous retrouvons les Cactus sous toutes leur formes

  

Nous trouvons un hôtel tout près du centre ville,
avec ses panneaux solaires chinois

Vendredi saint, tout est fermé, donc lessive à la main

Jacky, un peu dérangé, restera à l’hôtel pour l’apm.
Marie Julie et André vont parcourir le centre ville en prenant quelques belles photos

           

Une procession

     

Demain matin, visite du site aztèque Monte Alban

29/03. Étape Ciudad Hidalgo (Mexique) – El Camaron (Mexique). 590km

8h, départ pour la dernière ligne droite de 1 200km
Quelques Taxis à pédales avec roues renforcées avec du fer à béton

   

Informations de pure curiosité : les robinets se manipulent à l’envers de nos standards

Le paysage ne change pas beaucoup : alternance de paysages arides et oasis à proximité des cours d’eau, avec toujours beaucoup d’élevage

Ce qui est nouveau, c’est cette impression d’espace que l’on avait perdue dans ces petits pays d’Amérique centrale.
La route emprunte une grande plaine sur plus de 200 km entre montagne et océan (à 40km du Pacifique)

Nous croisons quelques très grosses averses

  

Nous traversons un des parcs d’éoliennes qui semble être un des plus importants au monde, c’est vraiment impressionnant de voir cela.
Pas étonnant qu’il suscite des discordes entre les populations et les multinationales dont EDF

La pause repas se fait à Arriaga où nous dégustons des jus de fruit

Et où certains se font cirer les pompes

Où le chemin de fer est présent

Les spécialistes jugeront de l’état du réseau

  

Pause 4 h à Santa Maria Jalapa d’El Marques où tout est prêt pour les festivités du weekend de Pâques

Cette ville et son marché sont très fleuris, d’une manière générale les villes et villages sont plutôt coquets.

Nous ferons étape à El Cameron à 140 km de Oaxaca où demain nous ferons une pause tourisme

Le planning des jours à venir est en train de prendre forme :
Rdv à Puebla samedi en fin d’APM chez un membre du club.
Dimanche matin 4 à 5 membres arriveront de Mexico avec leur Ds pour prendre le pdj au musée automobile de Puebla, puis nous ferons route ensemble jusqu’à Mexico.

Mardi 10h se fera l’arrivée au stade Aztèque.

28/03. Étape Taxisco (Guatemala) – Ciudad Hidalgo (Mexico). 245 km

Notre hôtel, pas entretenu depuis 30 ans, comme annoncé, avait bien
un patio arboré très joli

Une piscine, …

sans eau ….

Et l’options cafards,… sans supplément.
Pas de clim,… et des ventilateurs qui ont cessé de fonctionner de 22h à 6h…
Quelle nuit !!!!

Départ 8h15 en direction du Mexique, notre 10 ième et dernière frontière depuis le départ de Santa Cruz et 8 189 km.
Il nous reste 1 451km avant l’arrivée à Mexico.
Au bout d’une heure, pause petit dej chez McDo

  

Ensuite double galère : l’état des routes, et les bouchons, sous une température de 36°
En 9h de route, nous ferons 245 km, soit du 27km/h de moyenne

  

La voiture a fonctionné à merveille sur les routes les plus pourries
que nous ayons rencontrées depuis le départ.

Pour le repas, ce sera Pizza Hut, pour la clim et la wifi.
Jacky, par le biais du blog, reçoit un mail du président du club Citroën de Mexico qui souhaite participer à notre arrivée au stade Aztèque.
Illico, André le contacte.

17h15 : arrivée à la frontière.
Nous quittons le Guatemala en 20 minutes.

  

Nous mettrons 2h30 pour entrer au Mexique et nous soulager de 30$ chacun et 59$ pour la voiture.
Nous sommes exténués : chaleur, bouchons, conduite sur route avec un revêtement très dégradé et énormément de camions…, mais très satisfaits d’être au Mexique.
Nous prenons le premier hôtel après la frontière, qui a la clim et la wifi.

27/03. Étape San Miguel (Salvador) – Taxisco (Guatemala). 320km

Départ 7h15 en direction du Guatemala. Nous petit déjeunerons en route.
Nous traversons des frontières mais nous n’avons pas l’impression de changer de pays depuis que nous avons quitté la mer au Costa Rica.

Le paysage est aride

Sauf à proximité des rivières, avec les cultures de bananes, ananas, maïs etc…

D’ailleurs Marie Julie ne se prive pas des produits locaux

Après 1h30, pause petit dej dans un petit resto tenu par une chouette famille où se côtoient 4 générations. L’accueil est hors normes, il n y a qu’à voir les sourires. André leur présente son livre où une des filles écrit un petit texte aussi touchant que généreux.

 

  

André et Jacky en profitent pour faire un point route

Recharge en carburant, une dame en tenue traditionnelle pose, un peu timide

Nous passons presque 2 heures dans les bouchons de San Salvador et sa banlieue

Avec les taxis collectifs

  

Les camions qui roulent avec un minimum de roues côtoient les Cadillac

  

Il y a toujours des champs de canne à sucre avec les camions qui la transporte jusqu’à … non pas la distillerie, mais … la sucrerie.

  

Transport en tout genre

La 4G est distribuée partout en Amérique latine et centrale

Marie Julie pose avec ces dames musulmanes

Ça y est !!! André, qui passe des coups fils et envoie des messages depuis son bureau à l’arrière de la voiture, a reçu la confirmation que le stade Aztèque de Mexico sera ouvert pour l’arrivée tardive de la Ds numéro 12 : bravo André !

  

En attendant, nous arrivons à la frontière que nous passons sans difficulté en lâchant tout de même 25 $ payés avec reçu, pour l’établissement du document d’importation provisoire.

Vérification du Num de châssis

Le douanier colle l’étiquette sur le pare brise

Et nous voici dans le dernier pays avant le Mexique.

Repas le soir sur le trottoir

Dans cette petite bourgade de Taxisco où malheureusement l’alcool règne malgré les bonnes volontés

26/03. Étape Léon (Nicaragua) – San Miguel (Salvador) 320 km

Ce matin levé à 5h pour partir vers 6h car, comme conseillé par les autochtones, nous souhaitons passer le Honduras sans y faire étape.

Nous aurons deux frontières à passer.

Au moment du départ surprise, la Ds se noie.

Après plusieurs démontages du carbu, Jacky s’aperçoit que le flotteur en cuivre est rempli d’essence

  

Le patron de l’hôtel trouve un électricien à deux pas, capable de ressouder notre flotteur. Seulement, il ouvre à 8h… C’est quand même pas mal !

Après vidage du flotteur, ressoudage de l’ensemble

Départ 8 h15 en passant par le centre

La route contourne les volcans Telica et Santa Clara

10h15 : Arrivée à la frontière du Nicaragua.

Les formalités se passent bien jusqu’à ce qu’une douanière tique sur les pièces de dépannage qu’il y a dans le coffre.

Cela finira par une fouille compète de la voiture et une déclaration avec une valeur : 30$

  

L’entrée au Honduras se fera sans souci.

Avant de prendre la route, pause repas, il est 12h15 .

La chaleur est assommante : 38°. Nous n’osons pas évaluer la température ressentie.

Nous achetons de l’eau en sachets

Les toilettes du resto

  

Nous prenons la route à 13h et, bonne surprise… On nous avait annoncé une route en travaux et nous avons une route en parfait état et neuve sur plus de la moitié des 130 km en Honduras.

Tout comme au Nicaragua, il y a peu de voitures, mais des carrioles à cheval

  

et les taxis à pédales

Dans un village, c’est carnaval

Dans un autre, c’est un jeu style inter-villes

  

Les photos ne sont pas de très bonne qualité car les smartphones ont chaud… aussi la mise au point ne se fait pas très bien.

Nous passons à proximité d’un énorme champ de panneaux solaires

Et au loin nous apercevons des éoliennes en quantité

La région est aride

     

15h : arrivée à la frontière du Salvador que nous passerons en 2h

Le fleuve frontière

  

Les ponts façon américaine

Nous arrivons à San Miguel avec des taxis d’un nouveau genre

Et toujours des volcans

La journée a été rude : la chaleur torride et deux passages de frontière

25/03. Étape. La Cruz (Costa Rica) – Léon (Nicaragua) 233 km

Ce matin nous prenons notre temps car le patron de l’hôtel nous dit que le matin il y a beaucoup de monde à la frontière.

Mais il y a la surprise du jour au moment de charger les valises :  la roue avant droite dégonflée.

Passage obligé chez un réparateur, rare un dimanche des rameaux, et très efficace

     

Derrière le garage un trésor caché

Direction la frontière. Une file de camions de plus de 3 km qui fait la queue pour le pesage.

Arrivée 10h. Les formalités sont globalement les mêmes et dans le même ordre dans tous les pays, mais ici s’ajoutent la taxe de sortie 8$, la taxe d’entrée 12$ par personne, la désinfection de la voiture 3$

Côté Costa Rica c’est bien organisé et repéré, côté Nicaragua c’est tout le contraire, une partie des formalités se fait sous un préau avec des douaniers pas faciles à repérer.

André se met à genoux pour obtenir l’assurance de la Ds

En arrière plan les portiques de désinfection

13h : nous avons tous les sacrements pour entrer au Nicaragua.

   9bis

Et 1/4 d’heure plus tard, repas bien mérité dans un petit resto

Puis Paysages monotones semi désertiques

  

La route passe entre le lac de Nicaragua et l’océan.  Au milieu du lac se trouvent deux volcans en activité avec leur panache. Une plaque commémore la trans-Américaine

  

Sur une quinzaine de km se trouvent d’innombrables éoliennes, sur deux à trois rangées. C’est très impressionnant mais…

j’ai raté les photos …

Un peu plus loin, beaucoup de cultures, certainement à grand renfort d’arrosage : Riz, maïs, canne à sucre

Les taxis en tricycle

Ou calèche à cheval

Le soleil descend assez vite, la nuit tombe à 19h,  les contrastes sont plus forts

Demain sera une journée difficile à cause de la traversée de l’Honduras (90 km de très mauvaise route, le patron de l’hôtel annonce 3 heures), que nous voulons faire dans la journée par sécurité.

Nous avons commandé le petit dej pour 5h30.

 

 

 

 

 

Page 1 of 5

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer